Accueil EN UNE Article – Soirée Ramadanesque « Galou Lengham » du 02 Juin 2018...

Article – Soirée Ramadanesque « Galou Lengham » du 02 Juin 2018 à ALGER

PARTAGER

Avec la fondation Abdelkrim-Dali : Jonction entre le conte et la musique

La fondation Abdelkrim-Dali a organisé, samedi soir, à la salle Ibn Zeydoun d’Alger, un récital musical et littéraire avec comme tête d’affiche l’orchestre «Mille et une nuits», sous la baguette du maestro Nadjib Katib, les interprètes Imène Sahir et Asma Alaà, ainsi que la conteuse Sihem Arafa Akouche.

D.R

 

La fondation Abdelkrim-Dali a organisé, samedi soir, à la salle Ibn Zeydoun d’Alger, un récital musical et littéraire avec comme tête d’affiche l’orchestre «Mille et une nuits», sous la baguette du maestro Nadjib Katib, les interprètes Imène Sahir et Asma Alaà, ainsi que la conteuse Sihem Arafa Akouche.
Il faut dire que les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Alger pendant toute la soirée de samedi n’avaient pas empêché une centaine d’algérois de se rendre à la salle Ibn Zeydoun pour assister à cette soirée d’exception qui a magistralement fait la jonction entre le conte et la musique.
Une trentaine de musiciens, parfaitement habillés en tenues traditionnelles, ont subjugué le public d’une parfaite maîtrise technique et d’une synchronisation remarquable. Ils ont interprété un programme de M’dih pour faire les louanges du Prophète de l’Islam Mohamed (QSSSL).
Et afin de mieux se mettre dans l’ambiance du mois sacré du Ramadhan, la culture orale d’autrefois a refait surface pendant ce spectacle organisé sous le patronage du ministère de la Culture avec la conteuse Sihem Arafa Aknouche, qui a emporté l’assistance dans le passé lointain à la découverte des rituels d’autrefois pour célébrer les Saints de l’Islam et les traditions spirituelles de la société algérienne.
«Pour la célébration du 10e anniversaire de la création de la fondation Abdelkrim-Dali, nous avons opté à changer de style pour cette soirée ramadhanesque en faisant le lien entre le conte et la musique afin de mieux se mettre dans la spiritualité du mois de Ramadhan», a souligné, à l’issue du spectacle, Wahiba Dali, directrice de la fondation Abdelkrim-Dali.

Kader Bentounès

Publié dans Elmoudjahid le samedi 02 Juin 2018